EN
INVITÉ D’HONNEUR : BIBLIOTHÈQUE MUNICIPALE DE VERSAILLES
Salon Eiffel

La bibliothèque municipale classée de Versailles s’étend sur neuf sites : la bibliothèque centrale, qui conserve l’essentiel des collections patrimoniales, la bibliothèque de l’Heure joyeuse, fondée en 1935 et dédiée à la jeunesse, l’Atelier numérique, la bibliothèque de l’Université ouverte de Versailles et cinq bibliothèques de quartier : Porchefontaine, Prés-aux-Bois, Petits-Bois, Saint-Louis et Vauban.
La bibliothèque centrale se trouve dans l’ancien hôtel des Affaires étrangères et de la Marine, construit en 1761-1762 à l’instigation de Choiseul sur les plans de Jean-Baptiste Berthier. La Galerie des Affaires étrangères, lieu d’apparat du bâtiment, classée au titre des monuments historiques en 1929, a constitué un haut lieu de la diplomatie française jusqu’à la Révolution. Elle a notamment accueilli les négociations du traité de Versailles de 1783, ayant conféré l’indépendance aux États-Unis d’Amérique. Aujourd’hui lieu de conservation de 55 000 ouvrages anciens, elle offre aux regards des visiteurs une enfilade de cinq salles au décor admirablement préservé, comprenant un portrait de Louis XV par Louis-Michel Van Loo, des dessus de portes réalisés par Louis-Nicolas Van Blarenberghe et son atelier, ainsi qu’un ensemble de toiles peintes par Jean-Jacques Bachelier. 
Outre ses collections de lecture publique, la bibliothèque conserve des fonds patrimoniaux et locaux d’une importance considérable : des tablettes cunéiformes aux livres d’artiste du XXIe siècle, il s’agit d’environ 2700 manuscrits, 120 000 livres imprimés, 8 000 estampes, mais aussi d’importantes collections de monnaies et médailles, photographies, dessins, peintures, sculptures et objets, provenant des confiscations révolutionnaires ou entrés ultérieurement grâce à des dons, legs ou acquisitions. Parmi les fonds remarquables de la bibliothèque figurent des manuscrits de madame de Maintenon, une partie de la bibliothèque de Marie-Antoinette et de celle de madame du Barry, le fonds Goujet comprenant de rares éditions de poésie et de littérature du XVIe siècle, des incunables, des livres de fêtes, des collections musicales manuscrites et imprimées et de nombreux livres de provenance royale ou princière.
Sur l’ensemble du réseau sont proposées très régulièrement des médiations pour promouvoir la lecture publique et valoriser les collections patrimoniales, également accessibles en ligne depuis 2021 grâce à la bibliothèque numérique patrimoniale « La Sirène ».

Bibliothèque municipale de Versailles
5 rue de l’Indépendance américaine - 78000 Versailles
bibliotheque@versailles.fr
Bibliothèque Centrale (Grande Galerie des affaires étrangères)
Bibliothèque Centrale (Grande Galerie des affaires étrangères)
Bibliothèque Centrale (réserves)
Bibliothèque Centrale (réserves)
Bibliothèque Centrale
Bibliothèque Centrale
François de Malherbe (1555-1628), Poesies de Malherbe, rangées par ordre chronologique, À Paris, de l’imprimerie de Joseph Barbou, 1757, reliure en veau blanc mosaïqué de maroquin rouge, olive et fauve signée Le Monnier, aux armes du duc d’Orléans (1725-1785), Bibliothèque municipale de Versailles, Res in-8 E 481 c. © Bibliothèque municipale de Versailles
François de Malherbe (1555-1628), Poesies de Malherbe, rangées par ordre chronologique, À Paris, de l’imprimerie de Joseph Barbou, 1757, reliure en veau blanc mosaïqué de maroquin rouge, olive et fauve signée Le Monnier, aux armes du duc d’Orléans (1725-1785), Bibliothèque municipale de Versailles, Res in-8 E 481 c. © Bibliothèque municipale de Versailles
Louis XVI, Lettre supprimant l'imprimerie établie dans l'Hôtel de la Guerre à Versaille, 3 juin 1775, Bibliothèque municipale de Versailles, Panthéon versaillais Berthier. © Bibliothèque municipale de Versailles
Louis XVI, Lettre supprimant l'imprimerie établie dans l'Hôtel de la Guerre à Versaille, 3 juin 1775, Bibliothèque municipale de Versailles, Panthéon versaillais Berthier. © Bibliothèque municipale de Versailles

Collections privées
Deux bibliophiles s’exposent au Grand Palais Éphémère
F4, espace Joffre
Le Syndicat national de la Librairie Ancienne et Moderne est heureux d’inaugurer un nouvel espace réservé aux collections particulières. Interlocuteurs privilégiés des libraires, les collectionneurs ont à cœur de partager leur passion. L’occasion leur est ici donnée. 
En parallèle des collections patrimoniales de la bibliothèque de Versailles, invité d’honneur de cette édition 2022, deux bibliophiles ont accepté de prêter quelques pièces majeures de leur bibliothèque personnelle. Une quarantaine de livres et manuscrits seront ainsi exposés : leur choix s’est porté sur la littérature moderne au travers de textes et manuscrits qui reflètent leurs affinités avec les auteurs et les périodes qu’ils affectionnent. 
Les opportunités de voir de telles bibliothèques s’exposer sont rares, bien plus encore que celles des institutions publiques. Une rencontre à ne pas manquer !
André Malraux  La Tentation de l'occident  Paris, Bernard Grasset, 1926.     Édition originale. Exemplaire II des trois exemplaires hors commerce sur japon. L’exemplaire n°1 fut offert à Clara Malraux.     Envoi signé au faux-titre : « Cet exemplaire est affectueusement destiné à ma Grand Mère, ma Mère et ma Tante. AM », enrichi d’un dessin stylisé d’un chat, à l’encre. L’exemplaire contient également, en tête de chaque chapitre, plusieurs dessins d’animaux réels ou imaginaires, ses « dyables ».     Délicate et importante provenance familiale : Malraux fut élevé, de 1905 à 1920, à Bondy, au-dessus de l’épicerie que tenaient sa grand-mère, Adrienne, sa mère Berthe et sa tante, Marie Valentine.     © D.R. | Collection DPV
André Malraux La Tentation de l'occident Paris, Bernard Grasset, 1926. Édition originale. Exemplaire II des trois exemplaires hors commerce sur japon. L’exemplaire n°1 fut offert à Clara Malraux. Envoi signé au faux-titre : « Cet exemplaire est affectueusement destiné à ma Grand Mère, ma Mère et ma Tante. AM », enrichi d’un dessin stylisé d’un chat, à l’encre. L’exemplaire contient également, en tête de chaque chapitre, plusieurs dessins d’animaux réels ou imaginaires, ses « dyables ». Délicate et importante provenance familiale : Malraux fut élevé, de 1905 à 1920, à Bondy, au-dessus de l’épicerie que tenaient sa grand-mère, Adrienne, sa mère Berthe et sa tante, Marie Valentine. © D.R. | Collection DPV
Romain Gary. Il y a quelques jours, Bobby le disait...  [Entretien avec Robert Kennedy] Paris, Octobre 1968     Manuscrit autographe de 8 pages, signé.     Romain Gary y relate sa discussion avec le sénateur Robert Kennedy un mois avant l’assassinat de ce dernier. L’article parut le 6 juin 1968 dans les colonnes du Figaro, soit le lendemain de la mort de 'Bobby'. Le sénateur lui avait confié : « Il n’y a aucun moyen de protéger un candidat pendant la campagne électorale. Il faut se donner à la foule et à partir de là... il faut compter sur la chance. [...] Je sais qu’il y aura un attentat, tôt ou tard. Pas tellement pour des raison politiques : par contagion[...].Nous vivons une époque d’extraordinaire contagion psychique. »     © D.R. | Collection ST
Romain Gary. Il y a quelques jours, Bobby le disait... [Entretien avec Robert Kennedy] Paris, Octobre 1968 Manuscrit autographe de 8 pages, signé. Romain Gary y relate sa discussion avec le sénateur Robert Kennedy un mois avant l’assassinat de ce dernier. L’article parut le 6 juin 1968 dans les colonnes du Figaro, soit le lendemain de la mort de 'Bobby'. Le sénateur lui avait confié : « Il n’y a aucun moyen de protéger un candidat pendant la campagne électorale. Il faut se donner à la foule et à partir de là... il faut compter sur la chance. [...] Je sais qu’il y aura un attentat, tôt ou tard. Pas tellement pour des raison politiques : par contagion[...].Nous vivons une époque d’extraordinaire contagion psychique. » © D.R. | Collection ST

L’ATELIER D’ARTS APPLIQUÉS DU VÉSINET 
AU SALON DU LIVRE RARE & DES ARTS GRAPHIQUES
Salon Eiffel
Seule école à offrir une formation complète autour des métiers d’art du livre, la section Centre des Arts du Livre accueille des amateurs bibliophiles, de jeunes futurs professionnels, et des professionnels installés qui veulent se perfectionner. 
Les cours dispensés permettent de couvrir l’ensemble des besoins de formation en :
●  RELIURE
●  DÉCOR DU LIVRE
●  DORURE ET MOSAÏQUE
●  RESTAURATION DE LIVRES
●  RESTAURATION D’ARTS GRAPHIQUES
●  RESTAURATION DE TABLEAUX
L’école a pour objectif de promouvoir le savoir-faire des métiers d’art du livre, de préserver les plus solides traditions tout en les faisant évoluer, et de contribuer au développement de l’emploi. 

un atelier de reliure au cœur du salon
Pendant toute la durée du salon, le Centre des Arts du Livre animera ses ateliers de reliure, de dorure, de restauration du livre et d’arts graphiques.
Animation permanente comme dans un vrai atelier de reliure avec les démonstrations de toutes les étapes de la reliure. 
Une immersion totale dans un atelier où les gestes et les matériaux accompagneront l’intelligence de la main.
L’équipe de l’atelier présente pourra répondre à toutes vos questions techniques ou esthétiques.
Plusieurs reliures seront réalisées pendant le salon - toutes les étapes de la reliure en cuir et en papier seront décomposées et accompagnées du décor du livre qui viendra s’imposer à tout moment.
La restauration du livre et la restauration d’arts graphiques viendront compléter cette vie d’atelier.
Une démonstration phare tous les jours à 16h, animée par l’un des professeurs de l’atelier, viendra mettre en lumière une technique spécifique.
Dorure
Dorure
Endossure
Endossure
Mise en presse
Mise en presse
Passure en carton
Passure en carton
UNE EXPOSITION : 10 ANS DU CONCOURS DE RELIURE DE L’AAAV
Nous vous proposons de découvrir ou de redécouvrir toutes les reliures qui ont obtenu un prix pour chacune des éditions, depuis 2013 : une soixantaine de reliures seront ainsi présentées sur notre stand, de même que les réalisations de cette dernière édition 2022.
C’est toujours une nouvelle aventure qui s’ouvre à nous, c’est pourquoi, et pour la première fois, nous voulons la faire partager au plus grand nombre et donc ouvrir le concours à tous les relieurs qui désirent participer.
Pour cet anniversaire, il nous fallait un auteur d’exception. Marcel PROUST s’est imposé à nous. Cent ans que ce génie de la littérature nous a quitté ! Un anniversaire, non plutôt un hommage, à travers ces quelques citations autour du thème de la littérature que nous vous proposons aujourd’hui, accompagnées de calligraphies et de gravures réalisées par Brigitte Chardome.
Florent Rousseau
Président de l’AAAV
CONCOURS 2014 : Trois typographes en avaient marre, de Guy Lévis Mano. Prix Stages et anciens élèves attribué à Elisabeth Champomier.
CONCOURS 2014 : Trois typographes en avaient marre, de Guy Lévis Mano. Prix Stages et anciens élèves attribué à Elisabeth Champomier.
CONCOURS 2018 : Bleu dans le miroir, de Luis Mizon, gravures d’Anick Butré, éditions Noir d’ivoire. Prix 3e année de reliure attribué à Anne Pinet,.
CONCOURS 2018 : Bleu dans le miroir, de Luis Mizon, gravures d’Anick Butré, éditions Noir d’ivoire. Prix 3e année de reliure attribué à Anne Pinet,.
CONCOURS 2019 : Plantes des dieux, plantes des démons. Texte de Jacques Fleurentin, illustré de 16 lithographies hors texte de Patrice Vermeille. Prix de l’AAAV attribué à Sylvie Genot-Molinaro.
CONCOURS 2019 : Plantes des dieux, plantes des démons. Texte de Jacques Fleurentin, illustré de 16 lithographies hors texte de Patrice Vermeille. Prix de l’AAAV attribué à Sylvie Genot-Molinaro.
CONCOURS 2021 : Peu de choses, de Ile Eniger, Encres de Michel Boucaut. Prix décor attribué à Eva Vincze.
CONCOURS 2021 : Peu de choses, de Ile Eniger, Encres de Michel Boucaut. Prix décor attribué à Eva Vincze.

L’atelier du livre d’art et de l’estampe - Imprimerie nationale
H19 - i22, aile Eiffel
Un atelier vivant et moderne
L’atelier du Livre d’art & de l’Estampe de l’Imprimerie nationale est un atelier vivant qui, dans la plus pure tradition de l’excellence française depuis cinq siècles, continue à imprimer des livres avec des artistes et des auteurs contemporains. Un atelier vivant dont la modernité s’exprime, par exemple, dans la numérisation de caractères d’imprimerie historiques ou par la création de polices contemporaines exclusives sur commande.
Une tradition d’excellence depuis cinq siècles
Le créateur de caractères, le graveur de poinçons, le fondeur, les compositeurs et imprimeurs typographes et le taille-doucier forment une équipe d’exception qui travaille quotidiennement sur un parc de machines uniques au monde et qui entretient le trésor du cabinet des Poinçons, composé de quelque 700 000 pièces gravées pour la plupart classées monuments historiques.
Du sur-mesure
Ces maîtres et artisans d’art sont en mesure de répondre à toutes les sollicitations des éditeurs, des artistes, des galeristes, des bibliophiles, des institutions publiques ou des entreprises privées. Les compositeurs utilisent les huit caractères exclusifs de l’Imprimerie nationale, le Garamont ou Romain de l’Université, le Grandjean ou Romain du Roi, le Luce ou Type poétique, le Didot millimétrique, le Marcellin-Legrand, le Jaugeon, le Gauthier et le tout dernier conçu et réalisé par Franck Jalleau en 2018 : le Salamandre. Ils disposent en outre de la collection de caractères orientaux la plus importante au monde, permettant de composer dans plus de 65 écritures, chacune dans plusieurs styles : hiéroglyphes, copte, chinois, ninivite, araméen, hébreu, arabe (12 styles), samari- tain, siamois, brâhmî, syriaque, tifinag...
Le livre d’art à l’Imprimerie nationale
L’Imprimerie nationale a toujours eu la vocation de créer des livres de bibliophilie, depuis son origine en 1538, sous François 1er : ce qui explique la salamandre fièrement arborée sur le logo de l’entreprise. Le tout premier livre de peintre a été imprimé sur ses presses en 1900. On ne compte plus les artistes de renom dont les livres ont été imprimés ou édités par l’Imprimerie nationale, de Pierre Bonnard à Miquel Barceló. Plusieurs de ces livres d’artiste sont encore disponibles ainsi que des tirages de tête et de grand luxe parus dans les collections « Lettres françaises », « La Salamandre » ou « Acteurs de l’Histoire ».
Une bibliothèque historique
Riche de 35 000 volumes du XVIe siècle à nos jours, la bibliothèque historique de l’Imprimerie nationale comprend, outre les productions de l’Établissement d’État, des fonds spécialisés sur les arts graphiques, la bibliophilie, l’érudition orientale, les voyages, l’histoire naturelle, etc.

Des démonstrations de fonte de caractères et de composition typographique seront proposées pendant le salon les vendredi, samedi et dimanche entre 14h et 18h.
Pour toute information et commande s’adresser à :
Atelier du Livre d’art & de l’Estampe 104
Avenue du Président-Kennedy - 75016 Paris, France
atelierdulivre.in@imprimerienationale.fr
atelier-du-livre-art-imprimerienationale.fr

Le Cantique des oiseaux, de Farïd Od-Dïn ‘Attâr, sept poèmes du XIIe siècle en persan et en français (traduction par Leili Anvar) composés en Dabi (caractère spécialement créé pour ce livre d’après l’arabe d’Avicenne), et en Luce, accompagnés de sept compositions de Sylvie Abélanet, gravées en taille-douce et tirées par l’atelier du Livre d’art. Citations en exergue de François Cheng et de saint François d’Assise. Pour cet ouvrage édité et intégralement réalisé par l’atelier du Livre d’art de l’Imprimerie nationale en 2019, l’artiste a reçu le Prix Jean Lurçat décerné par l’Académie des Beaux-Arts et l’Institut de France. 


L’Association culturelle des Bouquinistes de Paris
Stand F24, aile Suffren
C'est au milieu du XVIe siècle, sur les berges de la Seine en contrebas du quartier latin et des universités parisiennes, qu'apparaissent les premiers bouquinistes. On les appelle alors colporteurs, du fait du panier d'osier, au col porté, qui contient leurs marchandises. Parmi celles-ci, des livres imprimés d'occasion. Gutenberg n'est pas si loin et leur production ne cessant de croître, un marché de revente des ouvrages de seconde main s'est créé et développé, recyclage écologique avant l'heure... A la différence de leurs confrères qui parcourent la France, les colporteurs parisiens sont sédentaires et acteurs de ce nouveau marché. Ils confortent leur implantation au cœur de la Cité avec l'achèvement du pont Neuf et vont désormais être appelés « estaleurs, pauvres libraires qui, n'ayant pas les moyens de tenir boutique ni de vendre des livres neufs, estaloyent de vieux livres usés, fripés sur le pont Neuf et en ses abords » (Richelet), jusqu'à l'apparition de « Bouquiniste » dans le dictionnaire de Trévoux en 1752. Le principe de la fabuleuse librairie en plein air que nous connaissons est fixé. Leur nombre va croître au fil des ans et de l'aménagement des berges du fleuve jusqu'à la fin du XIXe siècle pour se fixer alors autour de 220 libraires. Ils sont aujourd'hui 230 à perpétuer cette librairie unique au monde, pour un nombre total de concessions de 239.
Pour célébrer sa dixième année de présence au Salon International du Livre Rare, nous avons choisi de vous présenter une sélection issue d'un projet totalement inédit dans nos quatre cent cinquante ans d'histoire : un état daté photographique de la corporation, initié au cours de l'été 2021, en collaboration entre l'Association culturelle des bouquinistes de Paris et le photographe Alain Cornu qui réalise cet ambitieux projet. Il s'agit en effet de portraiturer les bouquinistes à un instant donné, en l'occurrence sur la période 2021-2022.
 Ce regard d'artiste, sur un métier dont le futur demeure incertain face aux mutations de notre société du fait, entre autres, des nouvelles technologies, constitue un témoignage exceptionnel et unique sur notre communauté. C'est une sélection de cent de ces portraits que nous présentons à vos regards cette année.
 Alain Cornu vit et travaille à Paris depuis ses études à Gobelins (l'École de l'Image) dont il sort major en 1988. A côté de ses recherches en studio sur le portrait et la nature morte, il parcourt la France depuis plus de vingt ans avec ses appareils photographiques. Sa série d'images « Les signes de la forêt » a été primée plusieurs fois et a intégré les collections de la Bibliothèque Nationale de France et du Fonds National d'Art Contemporain. Mais c'est Paris qui capte plus particulièrement son attention depuis 2010. En témoignent ses travaux nocturnes sur les toits parisiens, objets de plusieurs expositions et d'un livre édité en 2016. Son important travail sur la corporation emblématique des bouquinistes des quais de Paris, débuté en 2021, doit, une fois porté à son terme, donner lieu à la publication d'un livre.


Bouquinistophiliquement vôtre,

Jérôme Callais 
Bouquiniste
Jérôme Callais © AlainCornu2022
Jérôme Callais © AlainCornu2022
Sophie Leleu-Barboux © AlainCornu2022
Sophie Leleu-Barboux © AlainCornu2022
Luis Ortega © AlainCornu2022
Luis Ortega © AlainCornu2022
Elena Carrera et Camille Goudeau © AlainCornu2022
Elena Carrera et Camille Goudeau © AlainCornu2022