Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe
Salon International du Livre Rare & de l'Autographe




 

Programme






INVITÉ D’HONNEUR




Musée franco-américain de Blérancourt (C23, Nef ouest)
 
Unique en France, le Musée franco-américain du château de Blérancourt, consacré aux relations transatlantiques, a été créé par Anne Morgan, fille du banquier et collectionneur américain John Pierpont Morgan, dans le cadre de sa participation à la reconstruction de la Picardie après la Première Guerre mondiale. Outre ses collections muséales, son centre de ressources et sa bibliothèque abritent plus de 8 000 ouvrages et archives sur les relations historiques et artistiques entre la France et les États-Unis.
 
Ce musée national rouvrira ses portes en 2017, après une rénovation et un chantier d’agrandissement menés par les Ateliers Yves Lion, et une nouvelle présentation conçue par le studio Adrien Gardère, intégrant les vestiges archéologiques majeurs mis à jour pendant les travaux. Conçue en trois volets -Idéaux, Épreuves et Arts-, la nouvelle présentation s’attachera à mieux faire connaître les liens unissant la France et les États-Unis, grâce à des documents historiques, objets et œuvres d’art, ainsi que des vidéos qui témoignent de ces relations du XVIème siècle à nos jours.
 
Sous la nef du Grand Palais, le musée s’attachera à mettre en valeur des ouvrages franco-américains anciens, des gravures illustrant les relations transatlantiques, ainsi que le rôle majeur des bibliothèques américaines en France après la Première Guerre mondiale. Une introduction aux expositions temporaires concernant le centenaire de l’entrée en guerre des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale (Blérancourt, Juin-Août 2017), ainsi que celle dédiée aux Bibliothèques royales et impériales (Palais de Compiègne, automne 2017), sera également réalisée à cette occasion.


Information pratiques
Musée franco-américain de Blérancourt
Place Leclerc
02300 Blérancourt

http://www.museefrancoamericain.fr
https://www.facebook.com/museefrancoamericain


Horaires d'ouverture
Accueil et boutique : Ouverts tous les jours de 10h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h00, fermeture hebdomadaire le mardi, les 1er janvier, 1er mai, 25 décembre. Ouverture à la visite tous les jours sauf le mardi, de 14h00 à 18h00.
Bibliothèque franco-américaine : La bibliothèque franco-américaine est consacrée aux relations entre la France et les États-Unis. Située dans le cadre exceptionnel d’un pavillon du XVIIe siècle, elle recèle plus de 8 000 ouvrages et archives.
Pavillon Anne Morgan : A l’issue du Comité américain pour les régions dévastées, Anne Morgan restaure en 1924 ce pavillon du XVIIe siècle dans lequel elle séjourne jusqu’en 1947.

Musée franco-américain : La ré-ouverture du musée est prévue pour l’été 2017.



Nos collections en ligne :

Bibliothèque des Musées nationaux : http://ccbmn.culture.fr/

Agence photographique de la RMN : http://photo.rmn.fr/

Base Joconde : http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde

Base Lafayette : http://musee.louvre.fr/bases/lafayette

European Film Gateway : http://project.efg1914.eu/





 

Parc du château de Blérancourt
Musée Franco-Américain de Blérancourt
© RMN – Grand Palais / Gérard Blot

The American Girl, d’Anne Morgan
Musée Franco-Américain de Blérancourt
© RMN – Grand Palais / Adrien Didierjean

Bibliothèque du musée Franco-Américain
Musée Franco-Américain de Blérancourt
© RMN – Grand Palais / Adrien Didierjean

La liberté éclairant le monde, par Frédéric Auguste Bartholdi
Musée Franco-Américain de Blérancourt
© RMN – Grand Palais / Thierry Ollivier



EXPOSITIONS / ANIMATIONS

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque Nationale de France au Salon International du Livre rare (C24, Nef ouest)





Léon-Auguste Asselineau (1808-1889), d’après John Bachmann.
Vue de la Nouvelle-Orléans. 1853. Lithographie.

Le département des Estampes et de la Photographie a le grand plaisir de participer pour la douzième fois au Salon international du livre rare et de l’objet d’art. Cette manifestation incontournable offre à la Bibliothèque nationale de France la possibilité de présenter une sélection de pièces remarquables. Le temps du Salon, le public amateur et éclairé peut ainsi avoir accès à des oeuvres souvent peu exposées. C’est également pour lui l’occasion d’échanger avec les responsables des collections et de s’informer sur le département, dont les salles de lecture accueillent, tout au long de l’année, étudiants, artistes, chercheurs et passionnés d’arts graphiques. Le département des Estampes et de la Photographie de la BnF a rassemblé et conserve, depuis sa fondation par Colbert en 1667, une collection d’une dizaine de millions d’estampes, d’affiches et d’imagerie de leurs origines à nos jours, toutes écoles confondues.

Ainsi constitué, ce fonds apparaît aujourd’hui comme l’un des plus anciens et des plus riches au monde. Il ne cesse de s’enrichir grâce aux dons et à la générosité de grands collectionneurs et mécènes et par le dépôt légal des graveurs et éditeurs, toujours en vigueur, qui permet aux oeuvres des artistes contemporains de côtoyer celles des maîtres anciens.

Autour de la thématique des relations franco-américaines, le stand de la BnF présentera une sélection d’estampes, dessins et affiches où dialogueront des oeuvres de l’époque moderne à la période contemporaine. Les relations sont dans un premier temps asymétriques : la France découvre l’altérité sur une terre inconnue, qui devient terre d’aventure dès lors que les Américains cherchent à gagner leur indépendance. L’estampe est le témoin des évolutions dans les relations entre les deux pays aux XIXe et XXe siècle : une fascination réciproque est à l’origine de certaines des oeuvres majeures de l’art contemporain, créées par des Américains à Paris ou des Français aux États-Unis.
 
Anonyme. Jeune Indien. Vers 1730. Dessin.

Jean-Jacques Audubon (1780?-1851). Geais à face noire dans Les Oiseaux d’Amérique. 1827-1830. Aquatinte en couleurs.

Mary Cassatt (1844-1926). Dans l’omnibus. 1890-1891. Pointe-sèche  et aquatinte en couleurs.






Reliure de Sylvie Frégé sur Il pleut de Raymond Queneau, illustré par Raymond Paris. Structure originale à dos flottant en box noir et anguille. Plats en box à décor d’entailles.
34 x 28 cm. © ARA France


Reliure d’Alain Koren sur De Londres à Venise par New-York de Claude Farrère, illustré par Valdo Barbey.
Reliure traditionnelle plein box ivoire. Décor par incisions de la peau de couvrure. 26 x 33 cm.
© ARA France

Reliure de Dominique Dumont sur Flots de Raymond Queneau, illustré par Henri Landier. Structure originale dite « Pola » à deux dos carrés et plats rapportés en box et papier japonais.
26,5 x 33,5 cm. © ARA France

 




Les amis de la reliure d’art - ARA France (i11, Nef sud)

Exposition de reliure Couleurs contemporaines
Les Amis de la Reliure d’Art – ARA France ont le privilège d’organiser pour les visiteurs du Salon du Livre rare & de l’Objet d’art une exposition de reliures contemporaines. En présentant un choix d’oeuvres significatives de la création du moment, l’association propose aux bibliophiles et connaisseurs de confronter leur regard aux évolutions les plus récentes de la reliure artistique. Près de 70 réalisations permettront d’appréhender la diversité, la créativité et le constant renouvellement de la reliure d’aujourd’hui. La fonction essentielle de protection et de conservation du livre, avec pour exigence première le respect de son contenu, a toujours guidé le geste du relieur.

Au temps des Arts nouveaux puis décoratifs, la reliure s’est émancipée pour participer en mode majeur à l’embellissement du livre. Prenant appui sur les savoir-faire traditionnels et les avancées techniques, la reliure n’a cessé et ne cesse d’élargir et d’enrichir ses champs d’expression. Inventivité des structures, association de matériaux traditionnels et nouveaux, originalité des décors sont les signes de sa vitalité et de son épanouissement. Les reliures contemporaines sont les reflets multiples de l’art de notre époque, il convient de les regarder comme des oeuvres à part entière.

L’association ARA a été créée en 1982 à l’initiative de Marcel Garrigou, bibliophile et collectionneur de reliures décorées. Sa vocation est de promouvoir l’art de la reliure en France et à l’international. Encourager les pratiques d’excellence, la recherche et l’innovation, le dialogue entre les relieurs créateurs et les bibliophiles, élargir le public des connaisseurs et des collectionneurs sont ses priorités. Active en Europe et en Amérique du Nord, ARA organise des conférences, des rencontres d’ateliers, des visites de bibliothèques et réalise des expositions internationales accompagnées de catalogues, où se conjuguent savoir-faire traditionnel et création contemporaine. Son FIRA, Forum international de la Reliure d’Art, expose périodiquement dans différents pays les oeuvres d’artistes relieurs du monde entier.

ARA France a exposé :
Regard(s) sur la reliure contemporaine en France, 1980-2007 (Paris, 2008)
Autour de Mallarmé, la reliure (Musée Stéphane Mallarmé, 2008)
Reliures Gourmandes (Metz, 2009)
Paris relié, le Paris des relieurs contemporains (Paris, 2012)
La Reliure en papier, la fibre créative (Reims, 2013)
XIe FIRA (Nîmes, 2014)
Reliures océanes, la reliure et la mer (Paris, 2016)


Contact :
ARA France
70, Boulevard Saint Michel, F-75006 Paris
+ 33 (0)9 75 43 88 66 - amisrelart.france@wanadoo.fr





 

     
Reliure d’Alain Taral sur Flots de Raymond Queneau, illustré par Henri Landier. Structure originale à charnières en bois de poirier.
Composition de bois teintés (frêne, tulipier, érable moucheté). Titre marqueté. 26,2 x 33,4 cm.
© ARA France


  

 
Reliure de Françoise Mundet sur Les Fées de la mer d’Alphonse Karr. Structure à l’orientale avec plats en porcelaine émaillée et dos en cuir.
20 x 24 cm. © ARA France



L’Association culturelle des Bouquinistes de Paris (E4, Nef sud)

Installés en bordure des fameuses rives de la Seine classées au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1991, les bouquinistes des quais sont un symbole majeur de la Capitale au même titre que la tour Eiffel ou la Butte Montmartre pour les millions de touristes tant provinciaux qu’étrangers en visite à Paris. Ils sont à nouveau présents lors de l’édition 2017 du salon à travers le stand de leur association, l’Association Culturelle des Bouquinistes de Paris, qui les regroupe majoritairement. Forte de ses 182 adhérents tous bouquinistes des quais, l’association, créée en 2009, a pour but la promotion et la valorisation de cet incontournable élément patrimonial du paysage parisien ! Il faut souligner l’importance et le caractère unique de ce commerce de livres en plein air exercé ainsi sur les deux rives d’un fleuve depuis la Renaissance. Premier maillon de la chaîne de la librairie ancienne, nombreux sont les bibliophiles qui ont acquis sur les quais, auprès de ces bouquinistes, les premiers éléments de leur bibliothèque. Soit enfants, à l’occasion de la promenade familiale dominicale, soit lors de la « montée » à Paris pour les études supérieures. Certains restent d’ailleurs des clients des plus fidèles et continuent de trouver le temps de les visiter malgré leurs chronophages situations professionnelles d’aujourd’hui...



Les bouquinistes perpétuent une tradition vieille de plusieurs siècles et peuvent être d’incroyables passeurs de connaissances. Et cela même si, par endroits, l’esprit du lucre a conduit certains d’entre eux à se fourvoyer dans le pire du souvenir pour touristes ! Si cet état regrettable en regard de l’éthique première du métier est déplaisant, nombre d’entre eux, fondamentalement fidèles et attachés aux valeurs premières du métier de bouquiniste,  demeurent des libraires émérites et passionnés capables d’exaucer bien des voeux...
Plus de 300 000 ouvrages sont ainsi proposés sur les berges de la Seine. Des livres de poche, mais aussi des éditions rares, épuisées, parfois illustrées, dans les domaines les plus variés sont ainsi proposés aux passants.
Ils sont actuellement 81 rive droite et 141 rive gauche à exploiter ces fameuses boîtes vert wagon célèbres dans le monde entier. 39 établis sur le Ier arrondissement, 42 sur le IVe, 67 sur le Ve, 62 sur le VIe et 12 sur le VIIe pour un nombre total d’emplacements de près de 240. Le plus jeune bouquiniste actuellement en exercice a 24 ans et le plus âgé, 86 ans.
C’est au numéro 59 du quai de la Tournelle que vous pourrez rencontrer celui qui a été nommé, en 1961, le plus ancien de ces curieux libraires. Il exerce ainsi à ciel ouvert sur le quai depuis 55 ans. Du côté de la parité, il reste du chemin à parcourir : 79 femmes pour 143 hommes.
Le quai le plus féminin ? Le quai Voltaire avec 8 femmes pour 4 hommes. Le plus masculin ? Celui de Conti avec 3 femmes et 16 hommes...
Côté histoire, on peut considérer qu’elle débute avec les colporteurs ambulants qui déballaient dans le périmètre du Pont Neuf, unique pont non bâti de Paris avant la Révolution. Il faut néanmoins attendre l’édition de 1723 du dictionnaire de Savary pour trouver la première définition du métier de bouquiniste : « Pauvres libraires qui, n’ayant pas les moyens de tenir boutique ni de vendre du neuf, estaloyent de vieux livres sur le Pont-Neuf, le long des quais et en quelques autres endroits de la ville... »... Ils ne sont plus aujourd’hui sur le Pont Neuf mais les travaux d’aménagement initiés par Napoléon Ier et finalisés ensuite au Second Empire ont considérablement agrandi  leur périmètre d’exercice.

Il faut bien comprendre qu’à Paris, avant le premier Empire, très peu de quais sont maçonnés et certains sont même bâtis, tel le quai Saint-Michel, ce qui empêche tout déballage... Le paysage que nous connaissons est un acquis du XIXe siècle. Il faut toutefois attendre l’arrêt municipal de 1891 pour que les boîtes des bouquinistes, et donc les quais, puissent prendre l’aspect que nous leur connaissons avec ces grands coffres de 2 mètres de long et 75 centimètres de profondeur. Auparavant, les bouquinistes ne pouvaient pas laisser leur marchandise sur le parapet la nuit. Les livres étaient apportés le matin sur leur lieu de vente en caisses aisément manipulables et remportés le soir dans une remise. En 1857, ils sont 68 titulaires d’une autorisation. En 1865, 75, 156 en 1892 et en 1920, 204 dont 97 femmes...
Aujourd’hui, les quais restent un lieu de flânerie unique où l’on peut faire d’incroyables trouvailles. Terrain de chasse de l’étudiant désargenté comme du bibliophile confirmé, les quais recèlent toujours et encore d’incroyables surprises qui justifient largement, s’il en était besoin, une fréquentation assidue.

Pour ce Salon 2017, Monsieur Jean-Jacques Sempé a accepté d’être notre invité d’honneur sur notre stand (E4). A ce titre, les bouquinistes sont particulièrement fiers et heureux de présenter un exceptionnel ensemble de ses dessins originaux sur le thème du Livre. Un très grand moment de Bonheur et de Poésie...

Jérôme Callais, bouquiniste

Pour plus d’information :
bouquinistesdesquais@laposte.net
pour communiquer avec le président de l’association, Jérôme Callais,
sa trésorière, Sylvie Mathias
et son secrétaire, Michel Bouetard

 



EXPOSITION CONÇUE ET PROPOSÉE PAR L’ASSOCIATION CULTURELLE DES BOUQUINISTES DE PARIS :
Sempé et le livre - exposition de dessins originaux



 

© J.J. Sempé - La grande panique, éditions Denoël, 1966.



© J.J. Sempé - La grande panique, éditions Denoël, 1966.

© J.J. Sempé - Raoul Taburin, éditions Denoël, 1995.

 
Jean-Jacques Sempé est né à Bordeaux le 17 août 1932.
Dès l’âge de vingt ans, il publie ses dessins dans la presse française mais c’est sa rencontre avec René Goscinny pour le Petit Nicolas qui l’a fait connaître auprès d’un vaste public. À ce jour, il est l’auteur d’une quarantaine d’albums de dessins humoristiques, de quelques romans en collaboration avec des écrivains (Catherine Certitude avec Patrick Modiano, L’histoire de M. Sommer avec Patrick Süskind) et de récits graphiques singuliers et personnels : M. Lambert, Marcellin Caillou, Par avion, Âmes soeurs, Raoul Taburin...

Il dessine régulièrement pour Paris-Match et a réalisé plus de cent couvertures pour le magazine américain The New Yorker.
Il vit et travaille à Paris. Ses albums sont traduits en Argentine, en Corée, en Allemagne, au Brésil, au Japon, en Chine, en Espagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Iran et dans de nombreux autres pays où la parution d’un nouvel album est toujours attendue avec bonheur.

L’exposition
Cette exposition regroupe une trentaine de dessins originaux de toutes les époques ayant pour thème la création littéraire, l’édition, le théâtre, l’Opéra et plus largement des dessins qui ont trait à ce domaine spécifique que l’on nomme la « culture ».

Sempé et le livre
Sempé a souvent représenté les hommes et les femmes de lettres en pleine création, avec leur éditeur, face aux lecteurs ou même sur le bandeau des livres dans la vitrine des librairies. Il a dessiné de nombreuses bibliothèques et les a employées comme décors de scènes humoristiques : elles renvoient à ce que les livres “transportent“ : romans, récits historiques, essais, analyses... Un chat regarde par une fenêtre au milieu de murs de livres les  mouvements du monde réel, la rue : c’est la célèbre couverture de son album Insondables Mystères. Elle synthétise - sans un mot - en un instantané graphique, les liens qu’entretiennent le réel et la fiction. Si la littérature est  obsessionnelle pour cet auteur qui a choisi le dessin pour s’exprimer, c’est peut-être plus encore l’édition qui l’interroge. Avec son style inimitable, il scrute les petites contradictions de ce monde à part, nous amuse avec les querelles d’ego des auteurs installés, témoigne du bonheur des lectrices fidèles ou de l’espoir des écrivains en herbe. Mais au-delà de ses personnages, Jean-Jacques Sempé donne toute son importance à l’objet-livre dont il a toujours pris grand soin, notamment pour la création de ses propres albums. Il est depuis toujours fidèle aux éditions Denoël, Gallimard et Martine Gossieaux (tout comme il l’est à ses rendez-vous avec le Salon du livre chaque année et de nombreuses librairies). Entre lui et les écrivains, il y a une forte connivence et une grande estime.

 

© J.J. Sempé - Merlusse de Marcel Pagnol, éditions Bernard de Fallois.


© J.J. Sempé - Bourrasques et accalmies, éditions Denoël / éditions Martine Gossieaux, 2013.


© J.J. Sempé, galerie Martine Gossieaux.





Le papier du Moulin Richard de Bas (i13, Nef sud)
 
Depuis son invention attribuée à la Chine vers 105 après J.C., la route du papier vers l’occident fut longue.
Il a suivi la route de la Soie, apparaissant dès la fin du VIIIe siècle au Moyen-Orient. Au gré des évolutions techniques, le papier remplacera le parchemin et des centres papetiers apparurent en Europe et en France dès le XIVe siècle. Le centre ambertois commencera à tourner vers 1450. Environ 300 moulins répartis le long des cours d’eau fonctionnaient alors dans les trois vallées papetières ambertoises, faisant le papier feuille à feuille à la main à partir de chiffons de récupération.
Aujourd’hui le Moulin Richard de Bas à Ambert (dernier moulin à papier en activité d’Auvergne) perpétue cette activité ancestrale. Le site du moulin Richard de Bas, se visite également toute l’année sous forme de visites guidées et des ateliers d’initiation où chacun peut mettre la main à la pâte sont proposés.
 
Papier d’exception sur lequel s’écrivent les plus importants moment de notre histoire (l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert au XVIIIe siècle, l’exemplaire unique du texte de la Ve Constitution de 1958…), papier rare fait à la main qui séduit depuis longtemps de grands artistes (Picasso , Dali, Rauschenberg…) et l’édition d’Art (livre de bibliophiles), papier prestigieux fabriqué devant vous à la cuve : le moulin s’est également spécialisé dans la fabrication de papier adapté aux techniques d’impression les plus modernes.
 
Lors du salon nous aurons le plaisir de vous accueillir et de vous initier sur place à ces gestes ancestraux qui donnent naissance à la feuille de papier et nous vous présenterons nos articles et gammes de papiers fabriqués feuille à feuille à la main au moulin Richard de Bas.

Moulin à papier Richard de Bas
Richard de Bas
63600 Ambert
T. 04 73 82 03 11
www.richarddebas.fr



Le moulin dans son écrin de verdure. © Instant et lumière

 

L'étape de l'ouvrage à la salle de la cuve. © Instant et lumière

 
Villages du livre (H22, Nef sud)


 

Montolieu




Cuisery



 
De l’utopie à la renommée : les villages du livre en France
Aujourd’hui groupés en Fédération, ce sont huit villages, villes ou cités du Livre, destinations de tourisme culturel, qui unissent leurs forces et leurs actions pour promouvoir le livre ancien et d’occasion au sein de ces communes d’exception et offrir ainsi une alternative à la désertification rurale grâce à une économie locale qui aujourd’hui a fait ses preuves.

Ce tissu économique, social et culturel, discret mais ambitieux, réunit plus de 90 librairies-bouquineries, des artisans du livre, des artistes, qui tous ont en commun la passion du livre et de la lecture, la quête d’aventure et de nature, imaginant et créant leur espace de vie et de travail des plus classiques aux plus inventifs. C’est une véritable bouffée d’oxygène que ces nouveaux habitants amènent, les bras et les cartons chargés de livres, dans les campagnes françaises, pour le plus grand plaisir des autochtones, des touristes, des curieux et des amateurs.

Gens de lettres ou de caractères, ils sont l’expression de la compétence, de la disponibilité, de l’attention. L’instrument de leurs contraintes est la patience. Ils sont des artisans du lien, des passeurs de mots, de phrases et d’idées, ils veillent au sort des livres, les plaçant entre de bonnes mains, attentionnées et bienveillantes. Dans les allées, les travées et les recoins de librairies éparpillées dans les ruelles et sur les places des villages de France, une foule bigarrée et peu bruyante de lents visiteurs écume ainsi, jour après jour tout au long de l’année, ce fonds gigantesque de près de 2 millions de livres anciens, manuscrits, correspondances, registres, journaux, tracts, plaquettes, gravures, photographies, partitions... répartis au sein des Villages du Livre. Et chacun repart, en jubilant, chargé de son butin de trouvailles – de tous les pays, de tous les âges, dans tous les formats, à tous les prix, et sur tous les domaines du savoir ou du rêve. Heureux livres, qui survivent ainsi à leurs auteurs, à leurs lecteurs, et même à leurs libraires.

Depuis de nombreuses années, les villages du livre organisent des salons du livre ancien, des rencontres d’auteurs, des conférences sur les métiers du livre, des tables rondes d’artistes, créateurs, artisans et professionnels du livre, des lectures et spectacles littéraires, des ateliers pédagogiques pour découvrir et pratiquer les arts et métiers du livre (typographie, imprimerie, gravure, illustration, calligraphie, enluminure, reliure, fabrication de papier), des festivals de littérature jeunesse, des expositions d’art graphique, d’éditions contemporaines et de bibliophilie... Ainsi chacun à sa manière a su créer des événements adaptés à son territoire réunissant un public fidèle, curieux et amateur. Au coeur de ses actions se trouvent les associations, animatrices des villages du livre. Leurs rôles : favoriser les rencontres entre le public, les auteurs, les oeuvres, les artisans du livre, les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires, les lieux d’art et de littérature ; permettre l’accès à la culture pour tous par la transmission du savoir et du patrimoine écrit ; valoriser et promouvoir les métiers du livre ; apporter en milieu rural un choix de rencontres et de créations à l’instar des événement urbains, soutenir l’économie du livre, faciliter l’accès à la connaissance littéraire et à la pensée ; encourager, valoriser et diffuser la lecture et le livre notamment vers le jeune public et le grand public.

À l’occasion de ce prestigieux rendez-vous qu’est le Salon International du Livre rare, les ambassadeurs de ces lieux inédits seront là pour vous accueillir et vous faire découvrir leurs contrées riches d’un patrimoine remarquable et l’actualité de leurs villages.


La France compte 8 villages du livre, constitués en fédération, « la Fédération des villes, cités et villages du livre en France » :

Ambierle, Auvergne - Rhônes-Alpes http://lamottedulivre.free.fr
Bécherel, Bretagne www.becherel.com
La Charité-sur-Loire, Bourgogne - Franche-Comté www.lacharitesurloire.fr
Cuisery, Bourgogne - Franche-Comté www.cuisery-villagedulivre.com
Esquelbecq, Hauts-de-France www.esquelbook.com
Fontenoy-la-Joûte, Grand Est www.villagedulivre54.fr
Montmorillon, Nouvelle-Aquitaine www.citedelecrit.fr
Montolieu, Occitanie www.montolieu-livre.fr

 



À LA DÉCOUVERTE DU LIVRE ANCIEN (D5-D6, Dôme)

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les livres anciens sans jamais oser le demander.
Au sein de ce salon ouvert aussi bien aux bibliophiles avertis qu’aux amateurs novices, un stand d’initiation à la bibliophilie accueille les visiteurs pendant toute la durée de la manifestation. Des libraires membres du SLAM répondent à toutes les questions des collectionneurs débutants, les accompagnent pour réaliser un premier achat et partagent avec tous leur expertise et leur passion. Les ouvrages proposés sur cet espace sont soigneusement sélectionnés par les exposants pour leur intérêt et leur prix modique.

Visites guidées

Un parcours initiatique est organisé plusieurs fois par jour pour découvrir la richesse et la diversité des ouvrages présentés sur le salon. Assurées par des libraires membres du SLAM, ces visites donnent des clés pour mieux appréhender ces objets du patrimoine.
Rendez-vous au point accueil à l’entrée du salon, les vendredi, samedi et dimanche à 12h et 16h.

 
Orchestre (Nef sud)

Concerts tous les jours assurés par de talentueux élèves du Conservatoire à rayonnement régional de Paris et du Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Cordes et piano. Répertoire romantique et classique. Présence exceptionnelle de Florent NAGEL, pianiste et compositeur.

Vendredi 7 avril à 15h et 18h, dimanche 9 avril à 15h : élèves de la classe de Madame Anne- Lise Gastaldi, Conservatoire national supérieur de musique de Paris et Conservatoire à rayonnement régional de Paris.
Samedi 8 avril à 18h : « Alice au pays des merveilles », conte musical de Florent NAGEL pour piano à quatre mains et narrateur. Avec Joanna Marteel et Florent Nagel, piano, et Patrick Courteix, comédien.
Dimanche 9 avril à 16h30 : un concert exceptionnel assuré par Florent Nagel, avec ses nouvelles "Études pour piano" créées en 2016.

Florent NAGEL, pianiste et compositeur

© CS

© CS

Artiste complet, primé par de nombreux conservatoires (piano, musique de chambre, accompagnement, harmonie, analyse musicale et orchestration), lauréat du concours international Claude Kahn (1998), Florent Nagel a fait le choix d’un langage d’expression musicale très personnel. Ses interprétations se renouvellent sans limite, ses compositions reflètent sa constante aventure intérieure. Il explore à l’infini l’espace sonore et ses multiples colorations.
Musicien audacieux et rigoureux, aux doigts d’une redoutable virtuosité, il propose une musique où l’émotion rejoint l’universel et l’humain.
Il participe à de nombreux festivals et tournées à travers la France et le monde  et donne de nombreux concerts en Asie, en Afrique et en Europe.
Interprète de talent, il est également pédagogue (jury d’examens, professeur de piano) et compositeur : Tiento sobre la Virgen Maria, 2004 ; Nuit d’Amants, 2007 ; Mantra, 2009 ; Entre-Temps, 2013 ; 28 pièces ludiques pour piano à 6, 8 et 10 mains, 2014 ; RageÔrêve, 2010/2015 ; Mainmise - Gestes déplacés, 2015.
Il met en scène des récitals intégrant paroles et musique, ou des « performances »  improvisées, en collaboration avec des comédiens.
Ses œuvres sont publiées aux éditions Henry Lemoine depuis 2015.
 
En 2012, il met en musique « Alice au pays des merveilles », un conte musical sur le texte de Lewis Caroll, création se situant à mi-chemin entre le concert, le théâtre, le récital, la lecture, la musique de chambre et le conte. Spectacle pour enfants et adultes où la musique se mêle aux mots, constituant ainsi une synthèse de sa pratique de la scène, de l’enseignement et de son usage de la musicothérapie.
Son spectacle, labellisé coup de cœur Radio Classique et coup de cœur Via France,  a participé au prix de l’enseignement musical de la chambre des éditeurs et totalise une centaine de représentations en France et à l’étranger, et est également joué dans plusieurs conservatoires nationaux.
L’Association Musique pour Alice, créée en 2012, a pour but de promouvoir cette œuvre.
 
Florent NAGEL, Association Musique pour Alice
amamusiquepouralice@yahoo.fr  /  alicecontemusical.wix.com  /  T. 06 84 23 53 42
 
Lectures

Des lectures rythmeront la journée du samedi 8 avril, animées par Les Livreurs, lecteurs sonores, qui donneront à entendre des extraits d’oeuvres littéraires intemporelles.
Lectures sur l’espace de l’orchestre à 16h, et lectures déambulatoires entre 15h et 16h.

www.leslivreurs.com

Prix de bibliographie

Le SLAM attribue chaque année un prix de bibliographie à un travail de qualité en récompensant une étude concernant les livres anciens et modernes, la littérature, l’édition, l’illustration d’ouvrages, la reliure, l’histoire du livre, les bibliothèques ou la bibliophilie.
Le prix 2016 a été décerné à Jean Balsamo :
L’amorevolezza verso le cose Italiche : le livre italien à Paris au XVIe siècle. Travaux Humanisme Renaissance. Droz, 2015.
La remise du prix 2017 aura lieu pendant le salon, le samedi 8 avril, à 12h. Espace Orchestre, Nef sud



Reliure, restauration, conservation (À l’entrée du salon)

Des artisans spécialisés présentent leur savoir-faire pour préserver l’identité et l’histoire des livres.

Associations (Nef sud, sous balcons)

Des associations organisatrices de salons de livres anciens en régions communiquent sur leurs activités :

ALAM, Bordeaux
AUTOUR DU LIVRE, Colmar - www.alsatica.eu
AUVERGNE MONTAGNES MAGIQUES, Chamalières - www.auvergne-montagnes-magiques.com
LACME, Souvigny, Lapalisse et Bourbon Lancy - www.lacme03.fr
LILLE LIVRES ANCIENS - www.lillelivresanciens.fr
LIVRES ET LIRE À PARAY LE MONIAL
LE VIEUX PAPIER - www.levieuxpapier-asso.org
ARSAG, Association pour la recherche scientifique sur les arts graphiques - www.arsag.fr




Séances de dédicaces sur le stand i9-i10, Nef sud :

LE DILETTANTE, LIBRAIRE ÉDITEUR
RENCONTRES ET DÉDICACES AVEC LES AUTEURS…

Jeudi 6 avril :
 

18h - 20h : François LÉOTARD
 
20h - 22h : Laurent STEFANINI
 
Vendredi 7 avril :
 

14h - 16h : Christophe BIER
 
16h - 18h : Philippe LE GUILLOU
 
18h - 20h : Anna ROZEN
 
Samedi 8 avril :
 

13h - 15h : Emmanuel PIERRAT
 
15 - 16h : Gabriel MATZNEFF    
 
17h - 19h : William CLIFF
 
dimanche 9 avril :
 

13h - 15h : Eric DUSSERT
 
15h - 17h : Jean-Baptiste BARONIAN
 
17h - 19h : Gilles SEBHAN
 






(stand D11, Dôme)
Fondée à Beaune en 1859, Louis Jadot est aujourd’hui un important propriétaire en Côte d’Or, en Beaujolais (Château des Jacques) et à Fuissé (Domaine Ferret).
 
La maison contrôle 250 hectares de vignobles et produit une gamme représentative qui va du Bourgogne en passant par Chablis, les climats de Beaune Premiers Crus jusqu’aux Grands Crus tels que Chambertin Clos de Bèze, Corton Charlemagne, Clos Vougeot ou Chevalier-Montrachet pour n’en citer que quelques-uns.
 
La tête de Bacchus qui figure sur les étiquettes depuis la création de Louis Jadot est devenue pour les amateurs de vins la garantie du respect de la Bourgogne et de l’expression subtile de ses terroirs.

MAISON LOUIS JADOT
21 rue Spuller
21200 BEAUNE - FRANCE
T. 03 80 22 10 57 – F. 03 80 22 56 03
maisonlouisjadot@louisjadot.com
www.louisjadot.com